-

bol

 

Pas d'oeufs de Pâques cette année chez Piment Oiseau, mais du boeuf de Pâques!Mouarff! Et non, pas d'agneau pascal, car non seulement mon porte-monnaie a fondu instantanément devant le prix de l'agneau de prés salés, mais en plus on n'est que deux à la maison, dont un qui n'aime pas trop cette viande (suivez mon regard >>>Mister T!).
Avec ce ciel capricieux et les températures qui retombent, j'ai eu envie d'une bonne soupe! Oui mais avec un vrai bon bouillon plein de saveurs, qui réveille les morts papilles endormies : du poivre noir à la louche, de l'ail en veux-tu en voilà, des tiges de coriandre pour la fraîcheur et du sucre de palme pour adoucir le feu du poivre. C'est une recette que j'ai dénichée dans un de mes livres préférés: Thaïlande, la cuisine de ma mère , de Catherine Cauneille-Sukrasorn. Je vous avais déjà parlé de cet ouvrage ici, et j'avoue le feuilleter assez souvent pour y trouver de l'inspiration. Il paraît d'ailleurs que ce plat est le plus réputé de Mali, la cuisinière thaïlandaise à qui le livre est consacré, et que les gens font la queue devant son restaurant pour pouvoir y goûter. Un argument de poids pour moi, il ne m'en fallait pas plus pour que je la teste !

 

mortier

viande1

viande2


Dans la recette originale, il s'agit de travers de porc, mais j'ai voulu le remplacer par du plat-de-côte de boeuf, un morceau que j'affectionne particulièrement dans le pot-au-feu pour la tendreté de la chair et les petites parties gélatineuses (que tout le monde n'aime pas forcément, suivez mon regard...^^). J'ai également fait l'impasse sur l'huile de palme (je vous fais un dessin?) et l'huile de coco raffiné (la flemme de descendre à l'épicerie chinoise).
Le boeuf a mijoté pendant 4h la veille, puis j'ai dégraissé le bouillon le lendemain, avant de le réchauffer pendant 1/2 h environ. Ca paraît long, mais c'est rien à côté d'un gigot de sept heures, nan ? Si vous vous lancez, je vous conseillerais de réduire la quantité de sucre, car 300g c'est TROP sucré pour moi ! Et le résultat au fait? Une viande hyper fondante, qui se coupe à la cuillère, et un bouillon extrêmement parfumé, que j'ai volontiers pris au petit-déj !

Soupe de boeuf au poivre noir (pour 6 pers)

-2 kg de plat-de-côte
-3 càs de poivre noir en grains (mettez-en 2 si c'est trop fort pour vous)
-8 belles gousses d'ail
-les tiges d'une botte de coriandre
-200 à 300 g de sucre de palme (en épicerie asiatique ou indienne)
-1 càs de sauce soja
-8 càs de nuoc-mam
-1 càs rase de sel
-3 càs d'huile végétale neutre
-beaucoup d'eau !

Pour accompagner: riz, nouilles de riz et/ou oeufs durs (facultatif)

 

sauce

 

Mettez le plat-de-côte dans une grande cocotte et recouvrez d'eau froide. Portez à ébullition puis faites cuire 30 minutes, en écumant de temps en temps.
Pendant ce temps, préparez la pâte de poivre noir:
Broyez au mixeur ou au mortier les grains de poivre avec l'ail et les tiges de coriandre grossièrement hachées. Faites chauffer l'huile dans une poêle et faites revenir ce mélange pendant 5 minutes. Attention à ne pas faire brûler l'ail. Sur feu doux, ajoutez le sucre, le nuoc-mam, la sauce soja et le sel. Mélangez bien pour faire dissoudre le sucre, jusqu'à obtention d'une pâte épaisse.
Versez ce mélange dans la cocotte et couvrez. Laissez mijoter pendant 4H sur feu doux.
Laissez refroidir toute la nuit et dégraissez le bouillon le lendemain. Faites réchauffer pendant 1/2 heure environ et servez bien chaud, avec des nouilles ou du riz, et des quartiers d'oeuf dur !
Bon appétit ! A la soupe !!!

 

bols
Comme j'ai envie de me blottir dans ce bol de nouilles :-)